Enfin ! Après 1 mois et demi d’apprentissage, je suis maintenant certifié Opquast Qualité Web niveau Avancé avec un score de 860 sur 1000. À travers cette formation en ligne, j’ai découvert un domaine très vaste et essentiel pour les sites internet : la qualité web ! Je pense que beaucoup de personne (et j’en fais parti) qui travaillent dans le web ne se rendent pas compte de l’impact positif ou négatif de leurs décisions et actions sur un projet. J’ai donc décidé de partager avec vous mon expérience à propos de cette formation certifiante proposée par Opquast sur la qualité et l’accessibilité web.


 

Découverte d’Opquast et ses bonnes pratiques

Avant de passer la certification, je n’avais jamais entendu parler d’Opquast, de ses bonnes pratiques concernant la qualité et l’accessibilité web et de sa certification (en réalité si, j’avais eu un cours mais je ne m’en souvenais plus…). C’est en recherchant une certification au hasard concernant le web que j’ai atterri sur le site d’Opquast. En quelques minutes, j’ai été convaincue grâce à la vidéo de présentation :

Vous êtes un professionnel du Web ou vous souhaitez le devenir ? Pour vous différencier et faire reconnaître vos compétences, nous avons créé Opquast certified. Cette formation certifiante est dédiée à la maîtrise de la qualité en projet Web. Elle s’adresse aux étudiants, demandeurs d’emploi et professionnels du secteur. […]

Quelques clics plus tard, j’ai commandé le pack certification qui comprend le guide de certification, 3 mois d’accès à la plate-forme d’entrainement et le passage du test en ligne pour 180€ TTC. En bonus, j’ai également acheté le livre en format papier qui est un peu plus complet que le guide PDF pour maximiser mes chances.

Je reçois mes identifiants pour accéder à la plate-forme d’entrainement en ligne et c’était parti pour la découverte d’un univers totalement inconnu. J’étais loin d’imaginer le périmètre touché par le terme “Qualité Web” ! Tous les métiers du web sont concernés et à n’importe quel étape du projet :  la rédaction du besoin, la création des interfaces, le développement, la rédaction éditoriale, la mise en ligne, la maintenance et jusqu’aux services ! Au fur et à mesure des chapitres et exercices, je prends conscience de l’importance de la qualité web pour rendre accessible un site internet. Cela va plus loin que prendre en compte les handicaps des internautes, tout le monde a besoin d’accessibilité. À travers les 223 bonnes pratiques, chaque fonctionnalité, contenu, paramètre technique et service à disposition de l’internaute est mis en question pour répondre à des critères réalistes, utiles, vérifiables et consensuels.

 

En fonction du score de la certification, un niveau de connaissances vous est donné.

 

L’entrainement : lecture et quizz

Malgré que j’avais 3 mois d’accès à la formation, je m’étais fixé pour objectif passer la certification avant la rentrée pour bénéficier de mon temps “libre” de l’été, sans cours et missions. J’ai d’abord effectué la totalité de l’entrainement en ligne qui nous guide petit à petit dans chaque domaine des bonnes pratiques. Des petits quizz intermédiaires nous mettent dans le bain et à chaque chapitre, on retrouve des vidéos, articles et interviews supplémentaires au guide.

À la fin de l’entraînement, il est possible de passer 10 examens blancs avec trois modes différents : avec indices, corrigés ou en condition réelle. J’ai obtenu 840 / 1000 à mon premier examen et j’ai pu identifier les domaines où j’avais des difficultés. S’est suivi une longue lecture du livre et de la totalité des bonnes pratiques pour être certain de ne louper aucune information importante. Puis j’ai terminé mon entrainement avec les examens blancs où j’ai pu atteindre 990 / 1000 aisément en seulement 20 minutes sur les 90 disponibles (au bout d’un moment on connait les questions et réponses par cœur).

Livre "Qualité web" d'Opquast

Couverture du libre “Qualité Web” d’Opquast

Je ne saurais dire combien de temps j’ai pris au total pour l’entrainement. Mes pauses repas étaient idéales pour l’entrainement en ligne et les examens blancs. Les soirées et week-end l’étaient pour la lecture du livre. 🙂

 

Le jour J : passage de l’examen

Jeudi 14 septembre 2017, à 17h40, je passe l’examen final. Un certain Laurent DENIS me reçoit sur skype pour m’expliquer le déroulement et les règles de l’examen et lance l’enregistrement vidéo en fond pour vérifier que je ne tricherais pas. J’appréhendais la difficulté de cet examen, étant averti que les examens blancs étaient plus simples et qu’on devait enlever une centaine de points pour estimer son résultat final.

Comparé aux examens blancs, j’ai pris mon temps de bien lire chaque réponse, de me poser les bonnes questions. Avec le temps restant, j’ai repris mes questions marqués “à revoir” et j’ai ensuite terminé en repassant sur chaque question pour être certain d’avoir mis le bon nombre de réponse.
Concernant la difficulté : oui c’est beaucoup plus dur. Par contre je ne sais pas où j’ai pu me tromper. Me connaissant, la bonne compréhension et le sens des phrases ont dû être mes pires ennemis.

 

Résultat : 860 / 1000 points

Pour conclure, j’ai obtenu ma certification avec un score de 860 / 1000 points (licence 20URZ1), ce qui correspond au niveau AVANCE :

Excellente connaissance des bonnes pratiques qualité Web et du vocabulaire associé. Compétences réelles et appréciables pour participer à des projets avec d’autres professionnels.

Je mettais fixé pour objectif un score supérieur à 900 points. J’étais déçu mais en lisant les différents témoignages, ceux qui ont obtenu un tel score ont pour métier, justement, la qualité web et l’accessibilité. Je n’ai que 23 ans, je suis développeur et il faut savoir que la qualité est une démarche sur la durée et l’amélioration continue. Cette certification va me permettre de justifier mes connaissances en qualité web auprès de mes futurs clients pour ensuite les mettre en avant concrètement avec les projets réalisés.

Il reste encore beaucoup de chemin pour mettre en application ces bonnes pratiques. Il va falloir que je mettes en place des démarches à plusieurs niveaux de qualité que j’appliquerais ensuite à mes différents sites et futurs projets. Ce n’est qu’un début, il va falloir s’accrocher ! 🙂

8 Partages
Partagez8
Tweetez
Partagez