“Bonjour monsieur !” dit l’étudiant en entrant dans la salle.
“Monsieur, vous pouvez venir voir ?” dit-il en désespoir face à son écran.
“Attention, ça ne rigole plus M. FUCHS !” me charrient mes amis dans les couloirs.

Depuis octobre 2016, ces quelques phrases ont fait partie de mes journées. Eh oui, malgré l’obtention de mon diplôme d’ingénieur, je me suis retrouvé dans les locaux de mon ancienne école, mais cette fois-ci de l’autre côté de la table !
Pour ma première activité d’auto-entrepreneur, Ynov d’Aix-en-Provence m’a donné la possibilité d’être formateur dans les technologies du web pour l’année scolaire 2016-2017 et voici mon retour d’expérience. 🙂

Logo Ynov

 

Comment j’en suis arrivé là ?

Et bien, avec du charisme, du talent, de la chance et de l’argent !

En réalité, cela s’est déroulé naturellement. À la fin de ma dernière année d’étude, on m’avait demandé si je pouvais donner quelques cours de soutien en HTML / CSS pour la promotion de deuxième année de la formation LIM’ART. Étant toujours investi pour mon école, j’ai bien évidemment accepté et j’ai préparé quelques cours afin de revoir les notions vues avec leur intervenant :

  1. Balises HTML et CSS
  2. Responsive Design
  3. Bootstrap
  4. WordPress

Ces premiers “cours” se sont très bien déroulés, sans stress et difficulté. Les étudiants étaient plus ou moins satisfaits (ou faisaient semblant) et en ce qui me concerne, cette première expérience m’a totalement plu.

Suite à ça, on m’a proposé de continuer dans cet élan et donner des cours complets à la rentrée suivante. C’était une grande opportunité et je l’ai saisie en acceptant sans me douter de ce que j’allais réellement vivre.

 

Être formateur, Une expérience unique !

 

Détails du contenu de ma formation

Pour cette première année, on m’a proposé de former trois classes différentes pour quatre matières :

  • B2 LIM’ART (étudiants de deuxième année en formation artistique) :
    • HTML, CSS et Javascript (60h) : toutes les bases pour créer un site web de A à Z ;
    • WordPress (24h) : découvrir les CMS et mettre en place un WordPress (configuration, thème, contenu et extensions) ;
  • B3 LIM’ART (étudiants de troisième année en formation artistique) :
    • Javascript (16h) : notions de la programmation avec manipulation des éléments sur une page web et gestion des événements ;
  • B2 INGESUP (étudiants de deuxième année en formation informatique) :
    • Web Design (12h) : responsive design, HTML5 (géolocalisation et WebStorage), Google MAP, application web hybride (Cordova) ;

 

“Bonjour, aujourd’hui nous allons voir… ZUT je ne sais pas…”

C’est bien beau de savoir que l’on va former de jeunes étudiants, partager ses connaissances, passer du temps avec eux, mais avant tout ça il faut :

  • préparer le sommaire des cours, le contenu et les supports ;
  • réfléchir aux sujets qui seront notés ;
  • imaginer, tester et rédiger les différents exercices pratiques ;

Mais le plus difficile, c’était de me remettre à jour sur certaines notions ! Puisque pour faire découvrir une technologie et expliquer les principes de son fonctionnement, il faut bien évidemment les connaître mais également savoir le pourquoi du comment ! Ce serait tellement facile de dire :

“Quand vous mettez deux balises <p></p> à la suite, les paragraphes se mettent l’un dessous de l’autre. Cherchez pas, c’est comme ça, c’est tout !”

Eh non ! Étant donné que derrière ce comportement, on retrouve le principe des balises HTML de type “inline” et “block” avec pour chacune leurs utilités et leurs usages. Bref… avant de donner ses cours je ne me suis jamais posé la question et pour l’expliquer, il a bien fallu que je le comprenne moi-même. :-p

 

Diapo de formation

Première diapositive de mes supports de cours

 

“Au secours mon cours est demain et rien n’est prêt !”

Pour mon tout premier cours, j’ai commencé à le préparer deux semaines en avance. Le pire, c’est que j’étais motivé pour réaliser la totalité des 60 heures de cours avec le premier module de ma première classe. En réalité, j’ai mis deux semaines à préparer 4 heures de cours et le jour J, il était fini en 2h30…

À ce moment-là, j’étais soudainement moins enthousiaste sur le déroulement de l’année et j’avais peur pour la préparation des prochains cours. Heureusement, je me suis organisé et au fur et à mesure des semaines, je prenais de moins en moins à réfléchir sur quoi et comment faire mon cours.
Les deux premiers mois, il me fallait 3-4 soirées entières (4 heures par soir) pour avoir le support de cours fait, les exercices préparés et les devoirs détaillés. Une fois que j’ai pris le rythme et avec un peu d’expériences , deux soirs me suffisaient. Ouf, mes week-end furent sauvés.

Ces petits moments désagréables, à stresser pour savoir si le cours sera prêt, je pense que c’est dû à mon début dans ce domaine. Je n’avais aucun bagage pour commencer, aucune expérience, c’était un tout nouvel univers. Maintenant que je sais à quoi m’attendre, que j’ai une année de cours enregistrée sur mon ordinateur, je vais pouvoir utiliser le temps pour l’améliorer et proposer des exercices plus intéressants dans de meilleurs contextes.

 

Se tenir, débout, à parler devant une classe

Chaussures pointues, nouvelles chemises, veste de costume, un cours prêt, une bouteille d’eau, j’avais tout préparé pour que me sentir en confiance pour mes premières heures de formation. De nature timide, j’ai déjà été plusieurs fois confronté à un auditoire de 200 étudiants en tant que président du BDE Ynov d’Aix, mais être débout face à une classe qui vous fixe, vous écoute et qui essaye de comprendre ce que vous dites, je n’étais pas prêt. J’avais peur de ne pas être compris, intéressant et assez compétant pour leur enseigner ce que je savais.

Heureusement pour moi, les étudiants ont été réceptifs et intéressés par mon charabia de code, balises, HTML et CSS ce qui m’a permis d’effacer mes peurs et être à fond dans mon enseignement.

 

Les corrections, un plaisir ? Hum…

J’aimerais également partager quelque chose qu’en tant qu’étudiant, on ne pense pas forcément : les corrections des devoirs !

Faisons un calcul simple : il faut 14 minutes pour corriger, noter et faire un retour par email pour chaque étudiant. Pour une classe de 27 étudiants, il faut donc 14 x 27 = 378 minutes qui correspondent à 6 heures et 18 minutes pour tous corriger si on veut faire du cas par cas. Et lorsqu’on a également les cours à préparer et en plus pour plusieurs classes, on dort de moins en moins rapidement…

J’ai choisi de prendre tous mon temps au début du cours pour corriger point par point chaque étudiant car, j’estimais qu’il est très important d’avoir des bases parfaites pour continuer le cours sereinement. Ce n’était pas l’envie et la motivation qui manquait pour le faire tout au long de l’année mais j’ai un autre métier, une vie personnelle, des projets personnels à côté… c’est inhumain.

Du coup, la solution reste à aider les étudiants le plus possible durant les exercices pratiques en cours et bien insister sur les bases et principes importants pour éviter de passer toute l’année à les répéter.

 

Et si c’était à refaire ?

Formateur en technologies web à Ynov d’Aix-en-Provence – #AE – Day 4

“Pardon.. ?!”

J’estime avoir encore énormément de choses à apprendre. Améliorer mon cours pour qu’il soit de meilleure qualité et pour que les étudiants se sentent à l’aise et prennent du plaisir à apprendre les technologies du web. Avec du recul, je changerais des points que je n’espère pas refaire durant mes prochaines formations.

Si mon activité professionnelle me le permet toujours et si Ynov me le propose, j’accepterais volontiers pour continuer cette aventure pour la rentrée 2017 ! En plus d’en apprendre toujours plus, partagez mes connaissances, mon expérience a été très enrichissante. De plus, il n’y a rien de plus satisfaisant de voir des étudiants réaliser des sites internet parfaits, avec du code ultra propre et bien structuré et se dire que j’ai fait du bon boulot.

Merci Ynov pour cette opportunité et merci à tous mes étudiants de m’avoir supporté. 🙂

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez